POURQUOI ZÉRO DÉCHET ?


J’ai expliqué dans l’article ‘’ Pourquoi l’écologie ? ‘’ que j’ai été sensibilisée très jeune à la question de la protection de l’environnement. Mais être sensibilisé-e ne veut pas forcément dire agir dans le bon sens...

Durant des années, j’ai défendu les idées d’écologie et de développement durable, mais pourtant je polluais. Beaucoup. Et je n’en avais même pas conscience. J’ai jeté des mégots par terre, produits des kilos de déchets de pots de yaourts, détruit des forêts à coup de pain de mie à l’huile de palme. " Je sais, qu'on la mette aux fers, c'est ça ? ".


(Psssst, revois tes classiques, c'est Pirates de Caraïbes 1)

Et puis en Août 2015, je travaillais dans un village vacances et je dormais dans un dortoir miteux, lorsque j’ai vu sur un des lits un livre dont le titre a attiré mon œil soi-disant écologique. Ça s’appelait ‘’ Zéro Déchet ’’. Intriguée, j’ai pris le livre, lu la 4ème de couverture et je me suis dit, comme de nombreuses personnes avant et après moi : ‘’ hahaha n’importe quoi, c’est IM-PO-SSIBLE ’’. Mais comme je suis curieuse, j’ai feuilleté un peu le livre. Puis, intriguée, j’ai demandé à l’emprunter et je l’ai lu en quelques heures.

Petit à petit, l’évidence s’imposait : c’était si facile de diminuer son impact sur l’environnement, et je ne le faisais pas ?! Je me suis sentie prise en faute, et je m’en suis tellement voulu de ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt ! Après avoir fini le livre, j’ai lu absolument tous les articles du blog de Béa Johnson. C’est devenu une obsession. Il FALLAIT que je mette en place tout ça ! Oui, vraiment tout tout tout, des courses en vrac au mascara fait maison.

Je suis tombée dans le Zéro Déchet à 100 000%, presque du jour au lendemain.


Seulement, dans un dortoir, avec les repas sur place et sans matériel, c’était compliqué. J’ai juste acheté des brugnons dans un sac en tissu que j’avais (acheté auparavant par ma mère, exaspérée de m’appeler ‘’Miss sacs plastique’’ car je les récupérais tous et les réutilisais dès que j’avais besoin d’un sac supplémentaire. Le Zéro Déchet a eu cet avantage de ne plus l’embêter sur ce point, même si d’autres sont apparus, déso Maman !).

Alors j’ai attendu impatiemment de rentrer chez moi et pouvoir enfin constater les dégâts. Je trépignais !

Et c’est comme ça qu’en septembre 2015, j’ai commencé mon voyage Zéro Déchet. Je crois que c’est la chose la plus sensée et certainement la plus importante que j’avais faite de mes 20 ans (presque et demi, ça compte !) de vie. Mes actions reflétaient enfin une de mes valeurs les plus chères.

Je ne me vois pas revenir en arrière : c’est tellement logique et simple de faire VRAIMENT attention à la planète ! En moins d’un an, le Zéro Déchet est devenu mon mode de vie naturel : je n’y réfléchis plus tous les jours, mes routines se sont mises en place avec une simplicité déroutante (je ne comprends toujours pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant !), je l’assume totalement devant à peu près n’importe qui (ben oui je fais mes courses dans mes sacs en tissu, je me mouche dans des mouchoirs lavables et je fabrique mon dentifrice. Mais je suis gentille hein !).

Bref, pour résumer le tout, pourquoi Zéro Déchet ? Parce que c’est une évidence.

Et vous, comment et pourquoi êtes-vous tombé dedans ? Est-ce que ça a été difficile de modifier vos habitudes ?

PS : Désolée Béa d’avoir ri de toi et de t’avoir traitée de menteuse et de folle qui n’avait pas d’habits à se mettre en découvrant le livre. Je retire tout ce que j’ai dit et pensé, promis, je n’en pense plus un mot !